C’était la fête aux jardins avec Bouche à Oreille

Cette année encore, l’association Bouche à Oreille a proposé aux Messins de découvrir ses jardins et de passer un moment festif avec « Un dimanche aux jardins », le 14 juillet dernier. Pour préparer cet événement, l’association a notamment organisé des ateliers pour enfants et jeunes ados.

Du 8 au 12 juillet, Bouche à Oreille a organisé l’atelier « Environnement et nature : Système d’irrigation aérien », animé par Céline Targa, artiste plasticienne, dans le cadre des animations estivales. Les enfants de 6 à 10 ans, qui y ont participé, ont pu réaliser des radeaux en bambou et des roues à eau. Ils ont également été initiés au jardinage et ont mis en place un système d’irrigation avec des bouteilles vides. « Cet atelier, c’est l’occasion de parler écologie et économie d’énergie, de leur expliquer l’importance de la récup’. Le tout de façon ludique ! », précise Céline Targa. Lors d’« Un dimanche aux jardins », le public a ainsi pu découvrir cette parcelle, les radeaux et autres moulins construits par les enfants et le mandala qu’ils ont décoré.

Autre temps fort de cette après-midi au jardin, le spectacle « Le lion, la lionne, les singes et le perroquet », résultat de l’atelier « Les murmures de la ville ». Pendant six mois, des jeunes du quartier ont réalisé un feuilleton théâtral radio avec Mathieu Haro, de Bouche à Oreille. Ensemble, ils ont créé une pièce s’inspirant des fables de la Fontaine. « On a fait un travail sur la voix, la diction, l’intonation. On a étudié quatre fables et après, on a écrit le scénario ensemble, détaille Mathieu Haro. Les jeunes ont voulu parler d’injustices donc on est parti sur l’histoire d’une révolte des singes contre le roi lion ». Mathieu Haro a également écrit des poèmes, qui permettent d’introduire chacune des scènes.

Un atelier pour donner l’amour du théâtre

Pour présenter ce feuilleton sous une forme théâtrale lors d’« Un dimanche aux jardins », il a fallu l’adapter : diminuer le nombre de personnages, simplifier les répliques, assigner un rôle à chacun, … Il a également fallu faire avec les contraintes propres au lieu dans lequel cette pièce a été jouée : « on savait qu’on allait devoir inclure le camion de Tohu Bahut dans le décor ainsi que le jardin. Ce dernier représente donc la jungle tandis que le camion est le palais du roi lion ». Quant aux masques que portaient les quatre acteurs dimanche, ils ont été créés par Lucie Manil, étudiante en arts et volontaire en service civique à Bouche à Oreille.

Les jeunes acteurs ont apprécié cette expérience. « Ça m’a fait aimer le théâtre », s’enthousiasme Sunndy. Un point de vue partagé par Souleimane : « ça nous fait découvrir de nouvelles choses. J’avais déjà fait du théâtre à l’école mais ici, c’est différent : c’est nous qui écrivons et qui créons ce que nous jouons ! »

Le public a également pu découvrir les petites bêtes du jardin et leur créer un refuge avec les CPN Coquelicots, écouter les Ouistiti Orchestra et assister au concert de Shake the disease.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.