« Femmes d’ici et d’ailleurs », l’exposition du projet d’un groupe du programme Coop’R d’Unis-Cité de Metz

Exposée d’abord au CDI du collège Paul Valéry à Metz, l’exposition « Femmes d’ici et d’ailleurs » est visible en ce moment à la Maison du FLE à Metz-Borny. Retour sur un projet d’un an, mené par les volontaires en service civique d’Unis-Cité de Metz.

Une première exposition au CDI du collège Paul Valéry à Metz-Borny

« Femmes d’ici et d’ailleurs » est un projet mené par un groupe de volontaires en service civique et plus particulièrement du programme Coop’R d’Unis-Cité de Metz. Nadia Parmentier, Coordinatrice d’équipes et de projets d’Unis-Cité cette année, nous a expliqué sa genèse et son évolution. « Au départ, le projet devait traiter de la place des femmes dans la société et plus particulièrement à Metz-Borny. Les volontaires devaient aller à la rencontre de femmes du quartier et recueillir leurs témoignages. Mais le confinement n’a pas permis de réaliser le projet de cette manière. La place des femmes a finalement été abordée d’un point de vue culturel et notamment via la peinture. » En effet, les filles du groupe ont d’abord sélectionné une œuvre picturale qui leur plaisait. Puis elles ont crée un cadre original et se sont photographiées dans la posture et le costume des modèles des tableaux. Ces photos sont exposées à côté d’une reproduction de l’œuvre originale et sont accompagnés d’un court texte des volontaires, qui explique le choix des œuvres.

Une double exposition appréciée du public

Les garçons du groupe d’Unis-cité ont réalisé de leur côté un travail quasi identique avec des élèves d’une classe UP2A (Les unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants) du collège Paul Valéry. Ils se sont également mis en scène pour une photo mais en ayant choisit des peintures présentant des modèles masculins.

Mme Isabelle Faivre, documentaliste au collège Paul Valéry, nous a dit avoir été impressionnée par le travail des élèves et des volontaires d’Unis-Cité. Elle se fait également le relais des professeurs et des élèves qui se sont dit « éblouis par l’exposition« . Pour elle, le projet a également une autre vertu, celle, de « faire découvrir des œuvres que l’on ne connait pas« . Elle conclue même en disant [que] « c’est digne d’un musée« .

Retour sur le programme Coop’R d’Unis-Cité

Nadia Parmentier nous a expliqué en quoi consistait le programme Coop’R . « Le programme Coop’R a pour finalité l’apprentissage du français à des allophones bénéficiaires de la protection internationale. Cette année, nous avions 20 volontaires en service civique qui travaillaient en binôme. 10 francophones, accompagnés de 10 allophones. Pour les francophones, l’objectif est de déconstruire les préjugés et d’aider à l’apprentissage du français aux allophones. Pour les allophones, apprendre la langue et intégrer certains codes culturels et sociaux. Dans ce but, ils ont mis en place des ateliers sociolinguistiques. En plus du groupe travaillant sur « Femmes d’ici et d’ailleurs », 10 volontaires s’occupaient d’inclusion numérique. Ces groupes ont également donné des cours de français à l’extérieur. A de jeunes Afghans, des mineurs non-accompagnés en foyer, à la maison du FLE, ou encore au collège Paul Valéry en intervenant auprès de la classe UP2A.« 

L’exposition est toujours visible à la Maison du FLE. Nous espérons de notre côté qu’elle puisse voyager encore dans les locaux d’autres associations, voire au sein de galeries. Pour M. Bocquet, représentant en ouvrages pédagogiques, présent le jour de notre visite au CDI du collège Paul Valéry, c’est une exposition « qui mérite d’être regroupée dans un album« . Nous sommes bien d’accord!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.