Portraits d’engagés : le binôme Inès et Omar d’Unis-Cité

L’association Unis-Cité accueille de nombreux volontaires en service civique pour cette nouvelle saison 2020-2021. Elle leur propose différents programmes. Parmi ceux-ci, COOP’R, qui met en binôme des volontaires francophones avec des bénéficiaires de Protections Internationales. Dans cet article, Inès et Omar se tirent le portrait.

Le portrait d’Inés par Omar

Je m’appelle Inés. J’ai 21 ans et je suis née à Metz. Je suis volontaire à Unis Cité dans la mission COOP’R.

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai obtenu mon Bac Economique et Social en 2017. Ensuite, j’ai fait une licence de psychologie que j’ai obtenue en 2020.

Pourquoi as-tu choisi de faire un service civique à Unis-Cité et, plus particulièrement, de t’investir dans la mission Coop’R ?

J’ai choisi Unis-Cité car les valeurs de cette association correspondent aux miennes. Le fait d’apprendre à travailler en équipe m’intéresse aussi. Je veux donner de mon temps et me rendre utile, en aidant des jeunes bénéficiaire de protection internationale à s’intégrer dans la société par l’apprentissage du français et en leur faisant découvrir notre culture. C’est pour cela que j’ai choisi la mission Coop’R.

Est-ce que tu as des frères ou des sœurs ?

Oui, j’ai deux frères et une sœur qui habitent loin de Metz.

Quelles sont tes passions ?

J’aime les animaux et les activités artistiques. Je joue de la guitare, du ukulélé et je chante. Je vais bientôt apprendre le piano. J’aime aussi dessiner et peindre.

Qu’est ce que tu veux faire après Unis Cité ?

Je vais faire un master de psychologie pour devenir psychologue.

Le portrait d’Omar par Inès

Je m’appelle Omar Sarmini et j’ai 23 ans. J’ai trois frères et pas de sœur. Ça fait deux mois que j’habite à Metz. Je suis volontaire à Unis-Cité dans la mission COOP’r.

D’où viens-tu ?

Je viens de Syrie.

Comment es-tu arrivé en France ?

Je suis passé par le Brésil. J’ai pris un visa et j’ai voyagé là-bas. Après, j’ai décidé d’aller en Guyane et j’ai demandé un visa. J’y suis resté dix mois. Quand j’ai reçu la décision de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides, ndlr), j’ai déménagé à Metz où j’habite depuis deux mois et demi environ.

Quelles sont les différences que tu as remarquées entre la Syrie et la France ?

Il y a une différence culturelle. En Syrie, il y a du respect pour la famille et un grand lien social. Il est nécessaire de se marier, de fonder une famille et d’avoir des enfants.  En France, il n’est pas nécessaire de se marier et une personne peut vivre sans partenaire stable. Ou vivre avec un partenaire pendant une certaine période.  En Syrie, les gens ont tendance à se convertir à des religions différentes alors qu’en France, la laïcité prévaut parmi le peuple. Il y a aussi la démocratie et le peuple aime choisir le dirigeant et les lois du gouvernement. En Syrie, il y a la suppression des opinions et le peuple syrien ne peut pas choisir son dirigeant. Il n’est pas possible d’être au chose qu’hétérosexuel en Syrie car la société ne l’accepte pas, contrairement à la France.

Qu’est ce que tu aimes en France ?

J’aime la langue, les personnes, la liberté.

Pourquoi as-tu choisi de faire un service civique à Unis-Cité ?

Pour apprendre la langue française et pour m’intégrer à la société.

Qu’est-ce que tu fais en dehors en dehors d’Unis-Cité ?

J’apprends le code de la route, je rencontre de nouvelles personnes et je fais des courses.

Comment as-tu trouvé le service civique à Unis-Cité ?

J’ai rencontré des personnes qui ont fait ce service civique. Ils me l’ont conseillé.

Que veux-tu faire après ton service civique ?

Je veux faire une formation de mécanicien ou d’électricien, pour apprendre un métier et après, pour travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.