Quel avenir pour les écoles dans les quartiers prioritaires ?

La Ville de Metz a entrepris une réflexion sur l’école de demain, qui doit s’adapter à de nouvelles contraintes. Dans ce cadre, une réunion d’échange autour de l’évolution des écoles dans les quartier prioritaires a eu lieu à la médiathèque Jean Macé, le 1er février. L’occasion d’évoquer de nouvelles façons de penser le bâtiment scolaire, la manière d’enseigner, etc. 

La Ville de Metz a commandé une étude, menée entre février et décembre 2017, qui a livré différents constats : les écoles des quartiers prioritaires manquent de mixité sociale, ne sont pas assez rénovées et leurs effectifs sont en hausses. Une des priorités de la Ville est donc d’entamer des réflexions sur l’école de demain. L’objectif n’est pas d’agrandir les classes afin de pouvoir y accueillir plus d’enfants mais plutôt de retravailler l’espace scolaire et périscolaire, afin de faire évoluer le système scolaire.
Ces changements passent d’abord par une évolution des bâtiments. Une rénovation étant nécessaire pour la plupart des établissements dans les quartiers prioritaires, un réaménagement est envisageable. À partir de plusieurs exemples de projets concrets, diverses idées ont été évoquées : des bâtiments scolaires disposant d’espaces ouverts, propices à différentes activités, des salles de classes plus axées sur le numérique ou encore du mobilier modulable, facilitant le passage du travail individuel au travail en groupe.
L’objectif est également de rapprocher des écoles les services périscolaires, comme la cantine. De plus, le dédoublement des classes de CP et de CE1, prévu par l’Etat, exige de nouveaux aménagements. Il ne s’agit toutefois pas de simplement cloisonner les classes existantes afin d’en doubler le nombre mais plutôt de créer des espaces supplémentaires et de favoriser le co-enseignement.
Rapprocher les familles et les écoles
L’enjeu de ces évolutions est de proposer de nouvelles écoles plus innovantes, permettant une meilleure valorisation de l’offre scolaire et périscolaire : approfondissement de l’éducation physique et culturelle, création d’échanges entre les écoles françaises et allemandes, apprentissage des langues étrangères plus poussé, etc. Il est également nécessaire de maintenir les projets innovants déjà mis en place à Metz, comme le dispositif Demos, les classes orchestres, les résidences d’artistes,… À terme, une collaboration avec l’Université de Lorraine pourrait permettre la création d’options scientifiques plus poussées au sein des écoles de Borny, des options d’excellence.
Une part importante des réflexions menées par la Ville de Metz concerne la parentalité. Il est, en effet, prévu de resserrer les liens entre les familles et les écoles en favorisant les rencontres entre parents et enseignants, en ouvrant certaines classes pour pouvoir assister à des cours en tant que spectateur, en informant plus efficacement les familles sur le parcours scolaire et l’orientation mais aussi en communiquant d’avantage sur les projets des élèves, afin de valoriser leur travail et ainsi favoriser leurs ambitions.
Tout ceci permettra d’augmenter l’attractivité de ces établissements et de se débarrasser de cette image négative qui leur colle à la peau, ainsi qu’à celle des élèves sortant de ces écoles. Des initiatives globalement saluées par les parents présents à cette réunion, qui souhaitent, avant tout, que leurs enfants ne soient plus pénalisés par les stéréotypes entourant certains quartiers messins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.